28.8.06

080 - Maoisme digital

Jaron Larnier en veut à Wikipedia qui l'affuble d'une bio - à ses yeux - erronée. Ce qu'il reproche à Wikipedia ainsi qu'aux wikis en général et aux systèmes de filtres consensuels comme Delicious ou Digg, c'est d'être l'expression d'un nouveau collectivisme en ligne, qui considère que le collectif détient la Vérité, et qu'il est souhaitable de donner à cette Vérité le maximum d'autorité possible. C'est cette idée qu'il appelle maoïsme digital.

Pour autant il ne rejette pas entièrement la notion d'intelligence collective : il considère que cette dernière fonctionne lorsque le résultat à atteindre peut être mesuré selon des critères objectifs ( exemple : Linux ), mais ne marche plus lorsque goût et jugement entrent en ligne de compte.
La beauté d'Internet, c'est qu'il connecte des gens. C'est en autrui que réside sa valeur. Si nous commençons à croire qu'Internet lui-même est une entité qui a quelque chose à dire, nous dévaluons autrui et faisons de nous des idiots.
Comme quoi on peut être à la fois humaniste et technophile...

Edge : On "Digital Maoism: The Hazards of the New Online Collectivism"

Voir aussi : 071 - Cité tautologique

2 commentaires:

Joël a dit…

Jaron Lanier, le pape de la réalité virtuelle, grand prêtre de l'intelligence artificielle qui doute de l'intelligence collective, c'est plutôt marrant.

Des siècles que je n'avais plus entendu parlé de lui, il était dans ce fameux lvre édité par Microsoft "Programmer at work". C'était sympa cette époque où les programmeurs faisaient encore réver :-(

dvanw a dit…

Cher commentateur n°1 ( si ce n'est unique ! ), je suis bien d'accord avec vous : c'était le bon temps !

Quant à Jaron, je ne suis pas sur qu'on puisse le considérer comme un grand prêtre de l'intelligence artificielle. Autant que je sache, son travail a porté plutôt sur des histoires d'interface... Son article dans Edge fait d'ailleurs référence aussi à l'intelligence artificielle, à laquelle il ne croit guère ! Il refuse même le principe du test de Turing :

The flaw in the idea is that even though it is true that if a computer and a person become indistinguishable, it might mean that the computer has become very smart and humanlike, another equally good interpretation is that the person has become stupid and computerlike. That's what I see as the danger. If people believe in computers too much, if they believe in computer simulation, if they believe in the ideas and abstractions of the computer as being fully real, then people will have a tendency to reduce themselves to support that illusion.

Digerati 17 - Jaron Lanier