27.4.07

112 - Coévolution gène-culture

Durant au moins deux millions d'années, nos ancêtres ont reçu en héritage deux sortes d'informations : l'une codée par des gènes l'autre par la culture. (1)
Cette notion de double héritage est à la base de ce que les généticiens des populations appellent coévolution gène-culture : d'une part, les traits culturels se transmettent de génération en génération et évoluent selon un principe darwinien (on retrouve la mémétique de Richard Dawkins) ; d'autre part gènes et traits culturels exercent une influence réciproque. Les deux types d'information (patrimoine génétique et patrimoine culturel) se transmettent d'une génération à l'autre parallèlement, et interagissent. C'est l'étude quantitative de cette interaction à double sens (Luca Cavalli-Forza et Marc Feldman 1976) qui fonde spécifiquement l'approche coévolutive.

Un résultat fameux a été, par exemple, de mettre en évidence la corrélation entre l'invention de l'élevage et la large diffusion du gène humain permettant la digestion de la lactose. (Ulijaszek & Strickland 1993). L'un des intérets est aussi de pouvoir prendre compte des traits culturels dont la valeur sélective est négative, comme par exemple : l'usage de méthodes contraceptives ! Les coévolutionnistes parlent de valeur culturelle, qui peut contrebalancer la valeur sélective d'un trait culturel.

Les coévolutionistes interprètent la culture humaine en termes darwiniens : au gène correspond la notion de mème, à l'héritage génétique la transmission culturelle et à la mutation... l'innovation. L'une des différences est que, tandis que la transmission génétique est seulement verticale (du parent vers l'enfant), la transmission culturelle est verticale et horizontale (elle fonctionne aussi au sein d'une même génération).

Un autre concept important est la construction de niche qui décrit les processus par lesquels les organismes modifient leur environnement plutôt que de seulement s'y adapter : nids, terriers, etc. Dans la mesure où nous autres humains, avons pousssé assez loin le processus, on peut se demander quel est le rôle de la coévolution sur l'évolution future du genre humain... Question à laquelle les généticiens ont déjà répondu :
En fait, au cours des 25 à 40 000 dernières années, le principal déterminant de l'évolution humaine a probablement été exclusivement culturel. (1)
(1) Kevin N. Laland : Gene-Culture Coevolution
Kevin N. Laland : Gene-culture Co-Evolution (PowerPoint)

9 commentaires:

Jeff a dit…

Merci pour cette découverte ! J'aime l'esprit de "l'ameublement du cerveau" et j'ai très envie de m'y mettre aussi !

Je viens de découvrir ce blog et la curiosité et l'éclectisme qui en ressort me donnent envie d'en lire toujours plus !

Merci et bonne continuation !

Matthieu a dit…

@Jeff : on est tous dans ce cas là, on attends toujours desesperement un nouveau billet de dvanw :-D :-D

@dvanw : Joli billet, qui rejoint quelques billets plus ou moins recents chez Enro, Benjamin ou moi. Il me semble que cette idée de coévolution avait été quelque peu critiquée - en particulier parce qu'il y avait peu d'autres exemples que le lactose. En as-tu d'autres ?

Cat a dit…

C'est marrant,j'ai quelques notes sur le sujet (ou approchant)...je pense en faire une aussi sur le clonage,
serions nous sur la même longueur d'onde? :-)

dvanw a dit…

Merci, merci ! & pardon pour mon absence... Le temps libre est rare ces temps-ci, et mon activité bloguesque (aussi bien côté lecture qu'écriture) en a pris un coup...

@ Mathieu : le lien que je cite donne pas mal d'autres exemples de travaux sur l'évolution du langage, la préfrence droitier/gaucher, le développement de l'agriculture, la surdité et le langage des signes, l'émergence des tabous sur l'inceste, et la "construction de niches" entre autres.

Il y a par contre des critiques liées aux origines de la discipline auxquelles Edward O. Wilson (l'inventeur de la peu sympathique sociobiologie) a pris part. Mais c'est de l'histoire ancienne. Mon impression est que la coévolution est un champ de recherche plutôt florissant...

Joël a dit…

Ah quand même un billet :-)

J'avais fait un billet sur la mémétique chez zdnet. Il y avait un commentaire amusant sur “Les mènes nous mènent en bateau.”
Faut-il dire “ne poussons pas la mémé dans les orTICs?”
et une réponse de Pascal Jouxtel qui a écrit un livre sur le sujet. J'avoue que je suis assez sceptique sur les mènes et la coévolution mais néanmoins le sujet est intéressant ou florissant comme tu dis.

http://blogs.zdnet.fr/index.php/2006/03/05/memetique/

Anonyme a dit…

IL NI A PAS DE GENERATION SPONTANEE???DONC YA PAS DEVOLUTION CHEZ LESPECE HUMAINE??IL NI A PAS DE MEMOIRE EVOLUTIVE??EXEMPLE TESLA?OU EINSTEIN YA NA PAS UE PLUSIEURS???ET PLUS EVOLUER??LESPECE AGIT PAR MIMETISME?ON LE VOIE POUR LE TABA?ET LALCOOL?ET TOUT LE RESTE CET TOUJOURS LES MEMES ERREURS??EXEMPLE LAVORTEMENT?ET LES NAISSANCES SOUS X???LHUMANITE NE PREND JAMAIS CONSCIENCE?DE CE QUELLE FAIT??LHUMANITE NEST PAS AUTONOME?DANS LEVOLUTION??CET COMME LES IDEOLOGIES ET LA REALITE////??EN GENETIQUE ILS NE SAVENT MEME PAS PROGRAMER UN HUMAIN??DUNE MANIER EVOLUTIVE??

dvanw a dit…

Oui, c'est vrai qu'à la lecture de certains posts sur internet, on risque d'en venir à douter de l'idée même d'évolution... ;-)

Anthony LC a dit…

Dvanw, petite question indiscrète, mais qui me revient souvent quand je pense à vous,étant donné que vous êtes un médiateur d'art visuel, êtes-vous gaucher ?

dvanw a dit…

Euh... Non. C'est grave ?