6.2.08

121 - Interlude darwinien

Pour faire un interlude, il faut un espace borné avec un avant et un après. Interlude darwinien, qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire ? Précisons tout de suite que Freeman Dyson, qui développe ce thème dans un article pour le New Scientist, n'a rien d'un créationniste, et possède un CV qui empêche de le considérer complètement comme un doux dingue... Alors ?

L'avant que décrit Freeman Dyson est inspiré d'un article de Carl Woese : c'est une espèce d'âge d'or où les premiers micro-organismes auraient échangé librement leurs gènes sans qu'il existe de barrière entre les espèces (et par conséquent, sans qu'il existe non plus d'espèces distinctes). La vie ressemble alors à une communauté de cellules partageant un pool génétique commun. L'évolution est une communautaire.

Et puis voilà qu'un jour l'un de ces micro-organismes primitifs fait un progrès évolutif qu'il refuse de partager et parvient à garder pour lui. Ce micro-organisme c'est LUCA, l'ancêtre commun de toutes les créatures vivantes d'aujourd'hui. Mais pour Freeman Dyson, LUCA n'est pas le vénérable ancêtre de la vision darwinienne classique... C'est un égoïste qui anticipe Bill Gates de 3 milliards d'années en inventant la propriété intellectuelle. C'est à partir de cette invention que commence l'interlude darwinien, un modèle d'évolution où les gènes évoluent séparément au sein de chaque espèce, avec pas ou peu de transfert "horizontal". Bref, la bonne vieille évolution qu'on a apprise dans les livres de biologie. L'interlude en question va tout de même durer 2 ou 3 milliards d'années...

Voilà donc pour la première borne... Mais quid de la seconde ? Eh ben la seconde, c'est maintenant : le temps de la compétion darwinienne entre espèces s'est achevé par la victoire par KO d'homo sapiens, lorsque celui-ci a commencé à dominer et à réorganiser la biosphère selon ses propres besoins... La culture, invention humaine par excellence, a changé la règle du jeu.
Cultural evolution has replaced biological evolution as the main driving force of change. Cultural evolution is not Darwinian. Cultures spread by horizontal transfer of ideas more than by genetic inheritance. (1)
Chez n'importe quel penseur de ce côté-ci de l'Atlantique, cette constatation se ferait sur le mode tragique : dérèglement du rapport à la Nature, tentation démiurgique, aliénation du vivant et j'en passe... Mais Freeman Dyson est américain, et il envisage ce basculement radical sur le mode positif : la domination de l'homme sur le vivant n'est pas la source d'une nouvelle aliénation, mais bien un retour aux sources : celles du monde prédarwinien où le transfert horizontal de gènes était la règle...

And now, as Homo sapiens domesticates the new biotechnology, we are reviving the ancient pre-Darwinian practice of horizontal gene transfer, moving genes easily from microbes to plants and animals, blurring the boundaries between species. We are moving rapidly into the post-Darwinian era, when species other than our own will no longer exist, and the rules of Open Source sharing will be extended from the exchange of software to the exchange of genes. Then the evolution of life will once again be communal, as it was in the good old days before separate species and intellectual property were invented. (1)

En gros, ce que nous annonce Freeman Dyson, ça n'est ni plus ni moins que la disparition de la Nature... Incident que, personnellement, j'ai un peu de mal à envisager ausssi sereinement, mais après tout pourquoi pas ? Ne soyons pas bêtement réactionnaire. La question que, tout de même, on ne peut s'empêcher de poser, c'est : qu'est-ce qu'on met à la place ? N'oublions pas d'y réfléchir un peu avant de remplacer cette bonne vieille sélection naturelle par chouette bande de généticiens barbus adeptes de Linux !

Voir aussi : 097 - biologie synthétique - 112 - Coévolution gène-culture

(1) The New York Review of Books : Our Biotech Future

22 commentaires:

Livio a dit…

Dépasser le darwinisme est bien une obsession des biologistes... néanmoins soyons prudents. Certes l'évolution culturelle aujourd'hui chez l'homme a une puissance que n'a probablement jamais connu aucune autre espèce au cours de l'histoire du vivant. Pour autant sur les temps si courts qui nous concèrnent pouvons nous réellement affirmer que :
- l'évolution culturelle a remplacé l'évolution biologique? Connaissons nous bien les interactions entre les deux ?
- les transferts d'informations génétiques, bien que ne suivant pas les paterns de la transmission sexuée sont-ils pour autent non darwiniens ? Le darwinisme doit-il être cantonné à la notion d'espèce?
Par ailleurs,
- le fait que l'information cuturelle se transfère de façon horziontale ne l'empêche pas d'être soumise à sélection au sein d'une population d'informations possibles.
- l'héritabilité génétique et l'héritabilité culturelle partagent un élément : c'est de l'héritabilité d'informations. Comment ces deux héritabilités interragissent avec l'héritabilité matérielle (contenu cellulaire, milieu de vie, environnement, etc.)?

Bref, insister sur une tournure dynamique nouvelle, liée à la place croissante de l'évolution culturelle est une chose, vouloir la séparer de l'évolution biologique en terme de mécanismes en est une autre.

La base commune, informationelle, partagée entre des gènes et des objets culturels me fait pencher pour envisager la possibilité de mécanismes semblables...
Le mélange des deux peut à une autre échelle faire émerger pour autant des propriétés dynamiques nouvelles...

julien a dit…

Exactement !

Tom Roud a dit…

Question bête : s'il n'y a plus qu'une seule espèce vivante ... en sommes-nous réduit au cannibalisme ?

Oldcola a dit…

"Précisons tout de suite que Freeman Dyson, qui développe ce thème dans un article pour le New Scientist, n'a rien d'un créationniste, et possède un CV qui empêche de le considérer complètement comme un doux dingue... Alors ?"
On ne dirait certainement pas que Dyson est un YEC, mais c'est certainement un créationniste. Associé étroitement avec la JTF, dont il a été lauréat (2000) et où il a siégé en tant que consultant (jusqu'à fin 2007), impliqué dans le rapprochement de la (des) religion(s) avec la Science. Et signataire de ce torchon (IMO).
Ce qui ne change en rien le fait qu'il est brillant dans sa discipline.

Ceci dit, les biomol sympa et barbus ne sont pas obligatoirement adeptes de Linux. Et ils 'intéressent probablement plus à la mémetique qu'au point de vue de Dyson.

YEC: Young Earth Creationist
JTF: John Templeton Foundation
___

@ Tom : à part le cannibalisme il y a l'autotrophie :-)

totope a dit…

>oldcola: j'ai lu le "torchon" et ne comprends pas pourquoi il s'attire un tel épithète: les auteurs (dont j'ignorais l'existence jusqu'à ce soir) me semblent faire une distinction claire entre l'obscurantisme totalitaire des créationnistes, et la vélléité d'induire des conclusions métaphysiques ou philosophiques à partir des découvertes scientifiques du XXe siècle. La deuxième démarche me semble même l'inverse de la première: induire l'existence d'un créateur (sans vouloir en asséner la preuve, c'est important) à partir de la compréhension de mécanismes de plus en plus subtils est très différent de l'attitude qui consiste à poser l'existence d'un dieu comme préalable et à éliminer tout ce qui ne colle pas aux textes déclarés "sacrés". On ne débat pas avec le fanatisme, mais les réponses métaphysiques personnelles, on ne peut pas les discuter non plus, sous peine d'entrer dans un fanatisme inverse tout aussi détestable, me semble-t-il.
et c'est une athée convaincue qui parle...je tiens à le préciser

Oldcola a dit…

Salut totope,
Le torchon, dont j'ai lié la version US présentée par la JTF, a été d'abord publié par Le Monde en français. Il y a des légères différences dues à la traduction, d'après le rédacteur principal, Jean Staune, qui rendent la version US un peu plus politiquement correcte.
Réclamer 'droit de citer' pour des croyances, en sciences, est une aberration à mon avis. D'autant plus quand il s'agit d'une revendication venant d'un groupe qui souhaiterait redéfinir la science pour y inclure les approches métaphysiques en tant qu'instrument de travail, ce qui est le cas de l'UIP.
Ce n'est pas une question de croyant, non-croyant, mais de ce qui est acceptable en termes de méthodologie scientifique. IMO, comme j'ai précisé en qualifiant de torchon le torchon, c'est inacceptable.

dvanw a dit…

Je suis épaté par (1) le nombre et (2) la qualité des commentaires postés en 24 heures... Merci !

@ livio : je partage tes doutes et tes questions... Il est clair que la position de Dyson est une réponse assez radicale et sans doute un peu provoc au problème compliqué de la coévolution gène-culture. Je ne dis pas que j'adhère à tout ce qu'il dit, mais je trouve que le concept d'interlude darwinien éclaire les choses d'une façon nouvelle (au moins pour moi).

@ olcola et totope : j'avoue que j'igorais le fait que Freeman Dyson ait produit des textes pour l'UIP et la Templeton Fondation...
Maintenant, après avoir regardé ces textes, ainsi que le "torchon" dont tu parles, je maintiens que pour moi Freeman Dyson n'est pas un créationniste. Qu'est-ce qu'il dit le torchon en question ? En gros : "on voudrait pouvoir se poser la question du sens sans qu'on nous mette dans le même sac que les créationnistes qui sont des escrocs..."
Le balayer d'un revers de la main comme "torchon créationniste", je ne trouve ça ni juste, ni fructueux... IMHO. C'est un peu comme traiter Sarkozy de nazi : non seulement c'est inexact, mais en plus ça disqualifie un véritable argmentaire contre sa politique...

Quant au débat entre cannibalisme et autotrophie, les deux me tentent ! Peut-être une petite préférence pour la seconde... Plus moderne... Et moins salissante !

m'irza a dit…

Même si j'ai du mal, même si mon esprit se cabre immédiatement devant sa thèse, je trouve ça toujours très stimulant que de remettre chaque chose en question. Y compris la notion de nature, via le darwinisme.

Oldcola a dit…

dvanw,

ainsi, quelqu'un qui a comme credo :
"Je crois en un seul Dieu, le Père tout puissant,
créateur du ciel et de la terre, de l'univers visible et invisible,
..."
ne serai pas un créationniste ?!
Par exemple.

Tom Roud a dit…

"
ainsi, quelqu'un qui a comme credo :
"Je crois en un seul Dieu, le Père tout puissant,
créateur du ciel et de la terre, de l'univers visible et invisible,
..."
ne serai pas un créationniste ?!

Ouh la.... tu es en train de dire que tous les catholiques sont créationnistes là, violant allègrement le NOMA du regretté Gould ...

Oldcola a dit…

Salut Tom,
je ne savais pas que les Non Overlaping MAgisteria impliquent que les chrétiens ne sont pas des créationnistes ! (une référence ?)

C'est peut-être pour ça que Jean Staune (rédacteur du torchon) et plusieurs des signataires sont contre le NOMA :-) Comme Jean dit : NOMA … NO WAY!

dvanw a dit…

Tu es surtout en train d'oublier que l'immense majorité des chrétiens ne prend pas à la lettre les vieilles formules écrites dans les livres de messe...

Ce qui est assez désobligeant envers une assez large majorité (j'imagine) de chrétiens non-abrutis.

C'est dingue comme le débat sur ces questions a vite fait de tourner à la chasse au créationniste... Passe-temps fort distrayant, j'en conviens, mais peut-être un poil hors-sujet ici ?

Oldcola a dit…

OK, une dernière remarque et je sors.

Mes remarques ne sont justifiées que par le fait que Dyson est présenté ici comme non-créationniste, sur la base d'une restriction du terme aux YEC, qui laisse de côté une majorité de créationnistes plus modérés.
La question n'est pas ce que les gens picorent de leur credo officiel. Mais ce qu'ils valident en se réclamant de telle ou telle religion. A l'occurrence, les croyants des trois grandes religions monothéistes sont des créationnistes.

Maintenant, si des catholiques (ou autres chrétiens), par exemple, ne croient pas qu'un dieu a créé l'univers, je les invite à en parler à leur curé (pasteur, pope etc.) et prendre le chemin de l'excommunion.
Si on regarde les résultats des sondages, et on espère un attitude responsable de l'église catholique, je pense qu'il en resterait moins de 3% (de la population) de catholiques en France ;-)

Dyson, et la John Templeton Foundation, travaillent pour rapprocher la métaphysique et la science, dans un effort de soutien du créationnisme soft qu'ils essaient de promouvoir.

Ce qu'il(s) propose(nt) est un remaniement de la memetique de Dawkins, formulée de façon à exclure le caractère darwinien, qui n'est pas compatible avec une pensée téléologique, et qui agace le créationniste moyen ;-)

Au moins le parallèle avec la mémetique est évident non ?

A un autre post/blog peut-être.

Tom Roud a dit…

"je ne savais pas que les Non Overlaping MAgisteria impliquent que les chrétiens ne sont pas des créationnistes ! (une référence ?)"

je n'ai pas besoin de références, il suffit de regarder autour de moi les scientifiques chrétiens. Même si je lui ai tapé dessus pour certains de ses discours qui sont à mon avis non scientifiques, mais Francis Collins est le parfait exemple de biologiste évolutionniste et chrétien.
Et je suis d'accord avec Dvanw : la plupart des chrétiens ne prennent pas au pied de la lettre les écrits (heureusement). Rappelons à ce stade que le big-bang a été proposé par un curé, et que le Vatican lui-même admet qu'il ne faut pas prendre la genèse par exemple de façon littérale.
Je trouve par ailleurs assez malsain ce genre de raisonnements :
"La question n'est pas ce que les gens picorent de leur credo officiel. Mais ce qu'ils valident en se réclamant de telle ou telle religion. A l'occurrence, les croyants des trois grandes religions monothéistes sont des créationnistes."
Je dirais même que je trouve cela un peu communautariste, sur le mode eux et nous, les brights.

dvanw a dit…

@ oldcola : En tous cas, tu es le bienvenu pour exprimer ton point de vue, même si je ne le partage pas tout à fait...

(c'est quand même un comble que je me retrouve à défendre les chrétiens, moi qui ne jure que par Dawkins !)

Un dernier argument pour la route : si "croyant" et "créationniste" c'est pareil, il est urgent de se débarasser de l'un des 2 termes !

totope a dit…

la religion en tant qu'allégeance anônnée craint un max, tout à fait d'accord oldcola; mais je rejoins dvanw et tom roud: peu (très peu) des gens qui récitent le pater noster soutiendront mordicus la thèse de la création en sept jours;et même, à l'extrême, s'ils le font, grand bien leur fasse! tant qu'ils n'essaient pas d'imposer leurs vues...en les érigeant en dogme infectieux.
La religion aussi fait partie de ces cultures évolutives qui se transmettent et se modifient de génération en génération; m'est avis qu'elle perd un peu de son caractère sacré un peu plus à chaque
cycle...patience...

Oldcola a dit…

Salut,
pour ne pas être lourd ici (salut Timothée), je vous propose de discuter là.

JoëlP a dit…

Eh ben dites donc ça bouge par ici. J'avoue que je suis un peu largué par les arguments et si je suis le lien de oldcola, c'est pire.

J'ai assez envie de continuer la chasse aux créationistes et pour ce faire il me semble important de ne pas classer tous les croyants dans cette catégorie. Je me souviens de ce genre de débat en 68 chez les adventistes du 7ième jour, tous créationistes qui vouaient aux gémonies Teilhard de Chardin. Ce petit débat me fait relire un truc sur le fameux paléontologue:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Teilhard_de_Chardin

"Teilhard développe la notion de noosphère qu'il emprunte à Vernadsky pour conceptualiser une pellicule de pensée enveloppant la Terre, formée des communications humaines.Par ailleurs, en situant la création en un « point Alpha » du temps, l'Homme doit, selon lui, rejoindre Dieu en un « point Oméga » de parfaite spiritualité."

Je ne sais pas si cela a du sens mais c'est assez amusant et même poétique, je trouve.

Anonyme a dit…

Un peu longuet cet interlude... Je trouve.
Joël

dvanw a dit…

Salut Joël,
et merci de ton intérêt.
Le titre "Interlude darwinien" convient pas mal à mon activité actuelle, vu que je fais un film plus ou moins sur l'évolution qui doit être diffusé pour l'année du 150tenaire de l'Origine des espèces... Une date qui approche dangereusement, d'où mon silence bloguesque !

A bientôt !

pauline a dit…

Bonjour,

J'ai eu l'occasion de consulter votre blog à plusieurs reprises, et j'ai pensé à vous en faire découvrir un qui correspondra peut être à vos centre d'intérets.
Scientific Discovery Blog reprend toutes les actualités importantes concernant le monde de la science et de la recherche ( biologie, santé, médecine, technologie, sciences de l'ingénieur, astronomie, environnement ect). Il est autant destiné aux chercheurs qu'à tous ceux et celles passionnées par le monde de la science et de la recherche...

Voici l'adresse: http://blog.elabspace.com/science/

Au plaisir de vous relire,

Pauline

Agnès a dit…

Ce qui signifierait que la nature serait un jour remplacée par la culture ? Si l'on prend l'évolution cmme un ruban de Möbius, c'est aussi une sélection darwinienne !
http://www.doutagogo.com/article-23457310.html

amitiés
Agnès