22.1.07

103 - Hypothèse Sapir-Whorf

L'hypothèse Sapir-Whorf, formulée dans les années 30 par le linguiste américain Benjamin Whorf en se basant sur les idées de son professeur Edward Sapir, postule l'existence d'une forte relativité linguisitique : les différentes langues, selon Whorf, ne sont pas autant de collections d'étiquettes, mais autant de visions du monde :
Le fait est que la "réalité" est, dans une grande mesure, inconsciemment construite à partir des habitudes langagières du groupe. Deux langues ne sont jamais suffisamment semblables pour être considérées comme représentant la même réalité sociale. Les mondes où vivent des sociétés différentes sont des mondes distincts, pas simplement le même monde avec d'autres étiquettes. (1)
L'idée que les cultures humaines sont influencées par leur langue n'est pas neuve ( même en 1930 ). On sait que les Esquimaux ont une centaine de mots différents pour désigner la neige... Sauf que c'est faux (2) mais passons : l'hypothèse Sapir-Whorf ne se base pas sur les variations du lexique mais sur celles des structures grammaticales, censées correspondre à des modes de pensée profonds, inhérents au langage, que Whorf appelle des cryptotypes. Vous ne percevez pas la réalité de la même façon selon que vous êtes un anglophone ou un indien Hopi de l'Arizona :
Selon Whorf, la langue hopi ne comporte aucune marque du passé, du présent et de l'avenir, mais des formes de validité (selon que la chose est vue ou rapportée de mémoire), des aspects (selon que les choses durent, ou tendent vers une autre) et des modes (qui marquent l'ordre des faits). Il en déduit que les Hopis ne conçoivent pas le temps comme les Européens. Ce n'est pas une durée homogène et quantifiable, mais un « passage » plus ou moins intense d'un fait à un autre. (3)
Dominante jusqu'aux années 60, l'hypothèse de Sapir-Whorf a été battue en brèche par les tenants du courant innéiste, représenté entre autres par Jean Piaget et Noam Chomsky, qui préférait faire correspondre le fonctionnement de la pensée avec des mécanismes neuropsychologiques fondamentaux et universels.

Depuis une dizaine d'années, le grand balancier de la mode scientifique semble en train de revenir vers un certain relativisme linguistique. (4) Repenser la relativité des langues, certes, mais sans revenir au déterminisme linguistique que suggère l'hypothèse Sapir-Whorf : si le langage structure et façonne effectivement la perception du réel, il reste possible d'échapper à cette prison de la langue, ne serait-ce qu'en en apprenant une autre ! Capito ?

(1) Détrie, Siblot, Vérine 2001, cités par Wikipedia
(2) Charlatans.info : Combien de mots Esquimaux pour la neige ?
(3) Magazine Sciences humaines : L'hypothèse Sapir-Whorf. Les langues donnent-elles forme à la pensée ?
(4) John J. Gumperz and Stephen C. Levinson - Rethinking linguistic relativity

5 commentaires:

Enro a dit…

Et pour explorer cette hypothèse, je ne peux que conseiller de lire Les Langages de Pao de l'auteur de science-fiction Jack Vance. Faisant le postulat de l'hypothèse Sapir-Whorf, il esquisse, à travers l'exemple de peuples imaginaires, la manière dont le langage peut effectivement constituer une certaine représentation du monde et les conséquences qui peuvent s'ensuivre...

dvanw a dit…

Merci pour l'info ! Dans la même veine, la page anglophone de Wikipedia sur Sapir-Whorf possède une grosse section "Fictional presence", où on retrouve -entre autres- Orwell, Borgès, Jack Vance, Neal Stephenson, Frank Herbert... Ca se passe ici : http://en.wikipedia.org/wiki/Sapir_Whorf

Joël a dit…

Saura-t-on un jour quel est la part de matériel et la part de logiciel dans le cerveau ? En attendant cela promet encore de belles batailles entre innéistes et constructivistes !

Certains jour quand je reçois des appels d’utilisateurs (je fais du support) je me dis qu’ils ne doivent pas être câblés comme moi pour poser des questions pareilles ! Sans doute qu’ils ou elles, (je vais éviter de faire du sexisme de base :-) n’ont pas appris l’anglais (80% des appels étant dans cette langue) comme moi mais je dois dire qu’en français c’est pareil. J’ai beau être de gauche, je penche plus souvent pour un défaut du matériel pas toujours bien monté au départ, à moins que ce ne soit l'anglais qui véhicule mal les concepts informatiques. Peut-être...

A part ça ton article a attiré mon attention sur le naturaliste Wilhelm von Humboldt et m’a fait découvrir que c’est le frère d'Alexandre qui est le héros des arpenteurs du monde de Daniel Kehlmann. Ces fratries de génies me passionnent... et l'on est bien dasn le sujet. A moins que l'allemand véhicule mieux...
http://carnetsdejlk.hautetfort.com/archive/2007/01/09/une-paire-de-doux-foldingues.html

Anonyme a dit…

Salut, cet article explique bien la téorie se Sapir-Whorf, mais juste une chose, Piaget n'est pas un innatiste , au contraire il fait partie du courant opposé, les fonctionalistes. Aprés peut étre qu'il s'oppose aussi a l'Hypothèse de S-W (j'en sais rien) mais il faut pas le mettre dans le méme panier que Chomsky.

Jacqueline Waechter a dit…

A different language is a different vision of life. Federico Fellini