8.1.07

100 - Droit opposable

Un droit opposable est un droit qui permet à tout citoyen de faire condamner par la justice toute autorité publique qui ne le respecterait pas. On est clairement dans le registre de la tautologie : un droit opposable est un droit qui est vraiment un droit. C'est un peu l'équivalent d'une vraie bonne idée. Non seulement c'est un droit, mais en plus c'est un droit. C'est l'Etat qui nous dit : « Juré, craché, si je mens, j'vais en enfer ! »

Déjà présent dans les programmes de Laurent Fabius (1) et de Nicolas Sarkozy, le droit opposable au logement devrait être inscrit dans la loi française le 17 janvier et concerner toutes les personnes logées dans des habitations insalubres ou indignes... dès 2012 !

Bref, les problèmes vraiment dramatiques que rencontrent 85000 SDF et 4 millions de mal logés (2), c'est de l'histoire ancienne. Enfin, plus exactement, ce sera de l'histoire ancienne en 2012. A cette date les SDF n'auront plus qu'à se trouver un bon avocat pour avoir un toit. La France sera enfin un endroit sympa et solidaire où qu'il fera bon vivre... Au petit jeu des promesses, Nicolas Sarkozy avait déjà fait mieux avant de se faire griller la politesse : 0 ZDF en 2009 ! C'est drôle comme le paradis des politiques est toujours quelquepart après la prochaine élection...

Concrètement ça se passe comment ? Qui a droit à quoi ? L'avant-projet de loi, qui a fuité sur Internet, n'apporte guère de réponses... (2) En attendant, Eric Le Boucher a proposé dans le Monde un autre droit opposable qui semble, dans le contexte actuel, franchement utopiste :
Que la France du logement social soit en échec, voilà qui est avéré. L'abbé Pierre aura beau y avoir consacré sa vie, il y a cinquante ans que cela dure. Le problème de fond aujourd'hui est que la France manque de 600 000 logements. (...) Mais M. Chirac n'a pas le temps d'attendre. Son gouvernement propose à la va-vite un système typiquement français : un droit (un de plus donc) si complexe que personne ne voit vraiment comment il va s'appliquer et qui, en tout état de cause, n'entrera pas en vigueur avant... plusieurs années.

Si on peut formuler un voeu en ce début d'année, c'est que l'élection mette un terme final à ce chiraquisme compassionnel. S'il est un seul droit opposable qu'il faut faire voter d'urgence en France, c'est celui de sérieux. (3)

(1) Laurent Fabius : Nous devons faire du droit au logement un droit opposable
(2) Frédéric Rollin : droit au logement opposable : des chiffres au droit
(3) Le droit au sérieux opposable, par Eric Le Boucher

4 commentaires:

anton a dit…

100ème post, ça se fête !

dvanw a dit…

C'est vrai. Mais je me suis aperçu que c'était le n°100 seulement après avoir écrit le billet...

Bon, disons que pop ! Vlà une bouteille de champ' virtuelle pour fêter ça... Et du Ruinart premier cru, hein, pas de la piquette !

Joël a dit…

Du Ruinart? Tu vas te ruiner. Bon d'accord... On pourrait penser que malgré tout ce débat fait progresser la cause des SDF... Qu'en restera-t-il dasn six mois?
On sera passé à autre chose.

dvanw a dit…

Apparemment, de vraies mesures en faveur des SDF ont été annoncées lundi... En gros, une augmentation du nombre de place dans les centres dhébergement d'urgence... C'est déjà ça, mais c'est pas la révolution non plus...

On est loin du "droit opposable" au logement dont je vois mal comment il pourrait dvenir autre chose qu'un gadget médiatique et/ou un slogan de campagne...