6.11.06

089 - Papy-krach

Le papy-krach est le titre d'un livre de Bernard Spitz, qui se présente comme un bilan économique du partage des ressources entre les baby-boomers et les générations suivantes. Et le bilan est sombre !
Le programme qui s'annonce pour la jeunesse de France, c'est tout simplement le plus grand hold-up de l'histoire, celui de la spoliation de plusieurs générations sacrifiées qui semblent ne toujours pas réaliser ce qui les attend.
Résumons : la répartion actuelle des ressources favorise les vieux ! les jeunes d'aujourd'hui sont ceux qui subissent le plus de chômage, en ayant reçu le moins en termes d'éducation. Les retraites, elles, restent élevées et l'âge de départ ne suit pas l'allongement de la durée de vie.

Du coup, les plus de 60 ans ont aujourd'hui un niveau de vie supérieur à celui de la moyenne des actifs. Et - pire encore - le système actuel, financé par une augmentation permanente de la dette, risque d'imploser avant que ces mêmes jeunes ne soient en âge d'en profiter... La vraie question, selon Bernard Spitz, c'est : pourquoi les jeunes générations ne défendent-elles pas leurs intérêts ?
Ils ont bien protesté, au rythme d'environ une fois tous les deux à trois ans en moyenne. Mais pour lutter contre quoi ? A quoi ont-ils consacré leurs cartouches protestataires ? A rien d'essentiel pour leur avenir. [Au lieu de ça] ils ont fait le jeu des professionnels de l'instrumentalisation, du conservatisme et des corporations.
Sans un programme de réforme à court terme, l'égoïsme des plus âgés et l'inaction des plus jeunes se conjuguent pour préparer éclatement de la société française dans un clash entre générations.

Le blog du papy-krach
Libération : Génération sacrifiante

1 commentaire:

Joël a dit…

J'aurais bien aimé mettre un commentaire humoristique mais je dois bien admettre que le sujet résiste grave. Ce qui m'agace un peu c'est la généralisation qui amène à penser que ce holp-up a été voulu par tous les vieux.

J'avoue que le refus systématique de la gauche de mettre en place une partie de retraite par capitalisation comme dasn pas mal d'autre pays a beaucoup contribué au problème.